LE COACHING HOLISTIQUE

LE COACHING HOLISTIQUE

LE COACHING HOLISTIQUE 1200 900 Danielle Brault

L’être humain a l’habitude de fonctionner en se compartimentant dans ses différentes dimensions (physique, émotionnelle, intellectuelle, spirituelle). La dualité intérieure ainsi qu’un affaiblissement de ses capacités en sont le résultat. Le coaching holistique désire accompagner l’intégration de toutes ces dimensions chez la personne afin qu’elle puisse prendre la charge globale de sa vie et apprendre ainsi à manifester son plein pouvoir selon sa propre vérité.

De plus, cette approche de coaching permet au coach de se sentir à l’aise dans son accompagnement de « l’entièreté » de son client, chacune des dimensions de ce dernier lui étant familière et accessible. Il est alors porteur d’une envergure et d’une solidité d’accompagnement qui ne peut qu’avoir un effet percutant sur l’évolution de son client.

Cette nouvelle dimension du coaching soutient en profondeur et en globalité, dans l’intégration de ses quatre grandes dimensions, le chemin de la personne vers sa valeur, sa puissance et sa grandeur véritables dans sa vie autant professionnelle que personnelle.

LES QUATRE DIMENSIONS

LA DIMENSION PHYSIQUE

La dimension physique est l’émergence du rayonnement de l’être et de l’identité profonde de la personne dans et par son corps. Par la dimension physique, nous pouvons donner un espace et une voix au corps dans le cheminement de la personne accompagnée, quelles que soient sa profession et la place qu’il choisit d’occuper dans la société.

Le lien et la présence à son propre corps est un outil ESSENTIEL pour le coach qui l’utilisera comme indice sûr de son accompagnement et souvent comme miroir de l’état dans lequel le coaché est.
Nous croyons de plus que l’utilisation de l’espace (dimension spatiale), des objets, de la nature fait aussi partie de la dimension physique du coaching holistique.

LA DIMENSION EMOTIONNELLE

La dimension émotionnelle est de vivre et laisser vivre la fluidité des émotions dans le coaching. Fait aussi partie de cette dimension l’intégration du féminin en nous et la permission de le laisser vivre et s’exprimer. En tant que coach, il s’agit de faciliter l’acceptation, l’accueil et l’intégration de la partie émotionnelle chez l’autre, soit l’union profonde du féminin à un masculin en général déjà bien présent chez lui.

LA DIMENSION INTELLECTUELLE OU CEREBRALE

La dimension intellectuelle demande de considérer toutes les fonctions du cerveau, tant la rationalité, l’analyse et le « masculin » que la créativité, l’intuition et le « féminin » en nous. Nous appelons cette dimension « cérébrale », car elle considère effectivement l’apport des deux hémisphères droit et gauche du cerveau.

En effet, nous avons souvent tendance à soit rejeter la rationalité de l’intellect (hémisphère gauche) soit à rejeter sa partie créative (hémisphère droit). Rarement prenons-nous le temps de les réunir afin d’en faire un tout intégré et si complémentaire essentiel à l’accompagnement du coach.

De plus, cette dimension aide à reconnaître et valoriser notre rôle de coach, entre autres dans l’analyse, la clarification et la mise en forme de l’objectif comme de l’action inspirée.

LA DIMENSION SPIRITUELLE

La dimension spirituelle approfondit la communication subtile avec notre inspiration et notre vibration profondes ce qui résulte en une efficacité accrue et pointue de notre pratique de coaching. Développer notre connexion à l’énergie ambiante et utiliser notre intuition, notre « sixième sens », sont des compétences clé dans la pratique du coaching holistique.

La dimension spirituelle est aussi la manifestation, la concrétisation du subtil dans notre pratique et dans le quotidien de nos vies. C’est « d’amener le ciel sur terre », c’est d’incarner notre inspiration, notre intuition, c’est pour le coach d’accompagner la manifestation de l’essence de son client afin que celui-ci puisse « faire qui il est » dans toute sa puissance et son lien au tout.

LA COMMUNICATION

De tout temps, la communication suscite l’intérêt. Les gens ont cherché et cherchent encore à échanger avec les autres sur leurs idées, opinions, convictions ainsi que sur leurs émotions. Au fil des ans, les moyens pour y arriver ont évolué, se sont sophistiqués et mondialisés. Pouvons-nous cependant prouver une meilleure efficacité ? Rien de moins certain n’est-ce pas ?

Pour qu’il y ait échange et communication, il est primordial d’avoir d’abord le courage de nous exprimer et ensuite d’écouter. L’expression de soi en toute liberté est aussi difficile à manifester que l’écoute véritablement attentive, intéressée, ouverte, tolérante et aimante.

Quelles sont donc les raisons provoquant cette difficulté de communication ?

La principale est, selon nous, l’importance que nous donnons au jugement de notre interlocuteur et, vice versa, le jugement que nous portons sur celui-ci dans ce qui est dit et fait. Nous devenons ainsi facilement déstabilisés par l’autre. Nous préférons alors nous taire et / ou couper notre écoute véritable, ceci, la plupart du temps, dans le but honorable d’éviter les conflits, nous pourrions même dire les souffrances pouvant se vivre dans la communication. Alors que notre attitude, souvent, ne fait que les provoquer.

Nous prenons rarement en compte qu’avec cette façon de faire, nous communiquons de toute façon. La communication non verbale entre souvent en jeu dans la phase d’évitement de la communication verbale. Nous « disons » par nos gestes, comportements et attitudes ce que nous essayons si fortement de taire dans nos paroles. Les scénarios imaginés et les interprétations deviennent alors présents et créent davantage de zizanie que d’harmonie.

Nous devons parler d’une troisième façon de communiquer et c’est dans notre communication énergétique. Nos états d’âme se manifestent souvent par les « vibrations » que nous dégageons et que les autres peuvent parfois sentir et ressentir s’ils sont dans l’écoute véritable. Ils capteront inévitablement les ondes énergétiques que nous transmettons.

Pour le coach, développer l’acuité d’écoute avec tous ses sens ainsi qu’avec son « 6e sens » est un atout essentiel à l’efficacité de la démarche de coaching. Sa capacité à détecter les non dits ainsi que l’intention derrière les paroles dites, tout comme de déceler les ondes énergétiques environnantes sont des valeurs sûres pour un excellent accompagnement. Si de plus, le coach se donne la liberté d’interroger sur ce qu’il voit (non verbal), ce qu’il entend (verbal) et ce qu’il sent et ressent (énergie), sa compétence devient incomparable.

Pour y arriver, il est important de faire preuve de perspicacité, de tact et d’ouverture dans sa propre communication afin de ne pas être gêné ni déstabilisé par qui ou quoi que ce soit. Cette importante compétence servira alors efficacement à faire progresser l’action pour autant, bien entendu, que nous prenions toujours la précaution de vérifier auprès du coaché la pertinence de notre lecture de sa communication.

Laisser une réponse